Erreure humaine

C’est lui qui me manque, à lui que j’aime parler, à qui je dis qu’il s’est passé telle chose, à qui j’explique en long et en large ce que je vis, ce que veux, ce que j’aime, c’est lui qui m’aide, qui me relève, me fait sourire, me fait envie, me donne espoir, m’oblige à y croire. C’est son temps que je calcule, sa vie que je chronomètre, que j’imagine, c’est à lui que je pense, à lui que je crois, pour lui que je pleur, pour lui que j’ai mal, pour lui que je me torture, pour lui que j’ai peur. C’est avec lui que je veux être, pour qui je bouscule mes plans, en qui je fais confiance, que je crois. C’est toujours lui qui me connais, qui sait tout, qui détermine mes réactions, mes envie, mes rêves. C’est lui que je contacte quand ça va pas, à lui que je ne mens jamais, à lui que je dis tout… ou presque… parce qu’il y a des choses que je ne peux pas lui dire, que je n’arrive pas à lui dire, par peur de ses réactions, par peur de lui faire peur. Mais c’est lui, et pas un autre, même si c’est avec un autre que je devrais partager ses « lui ». Mais je n’y arrive pas. Celui là, c’est juste un autre. Et lui, c’est lui, ma partie d’âme, ma moitié, mon « âme soeur », mon jumeau détaché à la naissance, celui qui sait, savait et saura. Je l’aime, plus que de l’amour, plus que de l’amitié, comme d’habitude. Mais c’est lui, et pas un autre.
Tu sais quσi? La vérité c’est que parfσis tu me manques tellement que j’ai l’impressiσn de crevé tant ça fait mal..

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»