Titre

Et le temps passe et n’en reste rien, on attend et on voit, je le dis, buvons, mes amis, buvons, laissons-nous aller à la dérive d’un rien, le lendemein n’existe pas, le bonheur des uns fait le malheur des autres, je repensais à nous, on pourrait s’embrasser avant de s’oublier, ne te retourne pas, il n’existe rien sinon ça, un espoire vide et des rêves envolé, qui dépasse de loin ce qu’on a enfanter, et le reste ne vaut rien, on attend, on regarde l’invisible et on cherche l’introuvable, et ce jeu d’enfant ressemble à un jeu d’adulte, et nos regards se croisent et ne veulent rien dire, rappelle toi, on s’est aimé mais aujourd’hui, c’est différent et plus rien n’est comme avant, la route ne mène nule part et les tournants trop rare, et on se laisse allez, dansons, mes amis, dansons, laissons nous aller sur ce refrain unique, que n’entendent que ceux qui le veulent, qui y croient et que rien n’arrete, la mort est proche si on le veut bien, il suffit de se décider, dites moi quand vous le voulez, que je réserve ma soirée…

 

 

 

 

 

(Ca, c’est quand je parts en cacahuete, bienvenue dans mon monde)

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»